Notre territoire de santé

Situation

La CPTS a choisi de s’organiser autour du chef-lieu du département, Albi, en y ajoutant les communes adjacentes ayant un lien fonctionnel entre elles et surtout avec les professionnels y intervenant. De même, pour l’interaction entre les habitants des communes listées ci-dessous et les professionnels de ville, les structures médicales et médico-sociales pouvant entrer dans ce lien fonctionnel. La future CPTS, sera implantée sur un bassin de 78 046 habitants et 194,1km2 de superficie en regroupant les 14 communes.

Démographie

Le bassin de vie de la CPTS présente une densité populationnelle de 392 habitants au km2 avec une part importante de vie citadine.

Population vieillissante

La part des personnes de plus de 60 ans se situe à 31,3% de la population totale de la Communauté d’agglomération de l’Albigeois alors que la moyenne nationale ne représente que 25,5%. La part des personnes de plus de 75 ans quant à elle reste très élevée en rapport avec la moyenne nationale. Ce constat permettra d’orienter les actions sur l’amélioration de la prise en charge des personnes âgées en médecine de ville.

Un taux de chômage élevé et qui augmente fortement

En 2014, 5 500 habitants de l’Albigeois âgés de 15-64 ans déclarent être au chômage lors du recensement de population ; leur part dans la population active est de 15,6 %, proche du taux de chômage régional (15,2 %), mais plus élevé que celui du département (14,1 %) et de la métropole (13,5 %). Les jeunes sont deux fois plus touchés par le chômage : près de 1 500 jeunes de l’Albigeois sont au chômage, soit 33,3 % des actifs de 15-24 ans, plus que dans le département (32,0 %), la région (32,8 %) et qu’en France (29,0 %).  En cinq ans le taux de chômage a augmenté de 33 %, nettement plus que dans le département, la région et la métropole où les augmentations sont de l’ordre de 20 %.

Des situations de précarité financière plus fréquentes

En 2015, 7 650 personnes sont couvertes par le RSA, soit 12,2 % des habitants âgés de moins de 65 ans ; la population couverte est proportionnellement plus importante sur la CA de l’Albigeois que dans le Tarn (10,4 %), dans la région (11,6 %) ou en France métropolitaine (9,5 %). En cinq ans, la part des habitants de l’Albigeois couverts par le RSA a augmenté d’environ 28 %, plus que dans le département (+25 %) et qu’en France métropolitaine (+25 %) et bien plus qu’en Occitanie (+21 %).

Santé de la population

La part des bénéficiaires de soins dans le bassin de la CPTS

Accès aux soins de premier recours

Sur le territoire de la CPTS, le taux de bénéficiaires de soins de premier recours par un omnipraticien était stable de 2014 à 2018. En 2019, en revanche, la demande de soins primaires était supérieure à la moyenne nationale. De plus, 7,9% des patients du territoire fonctionnel n’ont pas à ce jour de médecin traitant.

Ce constat nous oblige à améliorer l’organisation des soins de premiers recours et proposer une réponse cohérente et adaptée à la demande. Il s’agit là d’un axe de travail de la future CPTS.

Augmentation constante des patients en ALD

L’augmentation de la part de patients en ALD, traduit des facteurs de fragilité de la population sur le territoire avec un réel besoin d’organisation du parcours du patient et une bonne coordination entre les professionnels de santé. Chaque année, une moyenne de 2 400 admissions en affections de longue durée (ALD) est enregistrée pour les habitants de l’Albigeois. Rapportées à la population, et à structure par âge comparable, ces admissions représentent une incidence significativement plus élevée que celle observée au niveau national, et plus élevée aussi que celles de la région et du département.

Nombre important de bénéficiaires de la Complémentaire Santé Solidaire

On constate, dans la population de la future CPTS, une proportion supérieure à la moyenne nationale des bénéficiaires de la complémentaire santé solidaire. En 2016, on compte plus de 7 960 bénéficiaires de la CSS, ce qui correspond à 10,3 % de la population, part plus élevée que celle observée dans le Tarn (7,4 %) et dans la région (8,9 %).

Offre médicale

Densités de professionnels de santé

Le bassin de la communauté de commune de l’Albigeois compte nombre de professionnels de santé médicaux et paramédicaux et plusieurs établissements médicosociaux et sanitaires. Cette offre de soin place le territoire de la future CPTS, au-dessus de la moyenne nationale en matière de densité médicale et paramédicale.

Le territoire dénombre 93 médecins généralistes dont 25% ont plus de 60 ans, 48 dentistes libéraux, 212 infirmiers libéraux et 118 masseurs-kinésithérapeutes libéraux. Sur le territoire, pour les 78 046 habitants cela représente une densité de 1,19 pour 1000 bénéficiaires (contre 2,0 pour la région Occitanie et 1,8 pour 1000 en France, source diag prs avril 2017). 7,9% des patients (contre 11,9% en Occitanie) ne présentent pas de médecin référent. Soit pour le bassin un pool de 6 165 patients n’ayant pas accès à des soins de premiers recours.

Statistiques de santé de notre territoire

La coordination à l’échelle du territoire se veut ancrée sur les problématiques de santé de l’Albigeois, qui sont :

  • L’accès à un médecin traitant et l’amélioration de la prise en charge des personnes âgées par les médecins de ville
  • L’augmentation de la part des patients en ALD
  • Des difficultés d’accès aux soins qui persistent pour des raisons sociales, économiques, culturelles (patients les plus démunis, errance, migrants, isolés/sans lien social, souffrance psycho sociale, etc) croisées aux déterminants sociaux de santé (bénéficiaires de la CMUc, taux de chômage élevé, …)
  • La faible utilisation des pratiques de prévention par la population

Le vieillissement de la population, le développement des maladies chroniques et les prises charges de plus en plus lourdes et complexes en ambulatoire, associés à une société de plus en plus inclusive, nécessitent aujourd’hui une coordination accrue entre les acteurs de santé. Cette coordination, pour être efficace, doit être organisée et formalisée.

En effet il nous apparaît nécessaire de créer un mode coordonné d’exercice ambulatoire au service de la population de notre territoire, afin de pouvoir répondre aux défis d’une prise en charge de qualité dans un contexte de démographie médicale altérée.

La création de la CPTS doit également permettre d’optimiser la coopération entre les professionnels de santé de ville et leurs partenaires, notamment les établissements de santé. Elle constitue un cadre de coopération et de coordination des acteurs de santé à l’échelle du territoire, essentielle pour améliorer la prise en charge des situations complexes.

Pour mener à bien ces missions, nous nous appuierons notamment sur la création de liens entre les lieux d’exercice, des réunions de concertation pluridisciplinaires, une plateforme territoriale d’appui, et le développement des outils de communication adaptés à la coordination des soins.